Conference de bailleurs de fonds pour le Yemen

15 May

(Genève, 25 avril 2017) - Lors d’un événement à Genève coprésidé par les Nations Unies, la Suède et la Suisse, les bailleurs de fonds ont annoncé aujourd’hui des promesses de contribution à hauteur de plus de $1.1 milliard afin de renforcer l’aide vitale à des millions de personnes au Yémen.

« Au moment même où le Yémen fait face à une tragédie sans précédent et où les besoins de protection n’ont jamais été aussi grands, la générosité exprimée aujourd’hui lors de cet évènement nous aide à réaffirmer notre humanité commune », a déclaré le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à l’issue de l’évènement de haut niveau auquel ont assisté plus de 70 pays et un grand nombre d’organisations régionales, d’agences humanitaires des Nations Unies et d’organisations humanitaires non gouvernementales, y compris du Yémen. 48 donateurs, la Commission européenne, le Fonds central d’intervention d’urgence et quatre organisations humanitaires/ONGs ont annoncé des promesses de contribution pour l’action humanitaire au Yémen en 2017. « Maintenant, nous devons voir ces promesses de contribution se traduire par une action à plus grande échelle dont les Yéménites ont non seulement besoin, mais surtout qu’ils méritent », a déclaré le Secrétaire général.

C’est au Yémen que sévit la plus grande crise humanitaire dans le monde, avec près de 19 millions de personnes - deux tiers de la population - ayant besoin de protection et d’assistance humanitaire. La situation d’urgence complexe au Yémen est due à l’homme et s’est considérablement détériorée depuis que les hostilités se sont intensifiées en mars 2015. Plus de 10 millions de Yéménites extrêmement vulnérables ont besoin d’assistance immédiate pour survivre et la famine demeure un risque crédible pour 6,8 millions de personnes si elles ne reçoivent pas d’aide d’urgence.

« Nous sommes venus ici pour mobiliser un soutien humanitaire pour la population du Yémen et pour leur envoyer un message fort de solidarité qu’ils n’ont pas été oubliés”, a déclaré le Conseiller fédéral Didier Burkhalter, chef du Département fédéral des affaires étrangères de la Suisse. Il a demandé une aide humanitaire rapide, sans entrave et durable pour le Yémen et a souligné la nécessité pour toutes les parties de respecter le droit international humanitaire. M. Burkhalter a également souligné la nécessité d’aborder les causes sous-jacentes de la crise humanitaire. « Nous avons besoin d’une cessation durable des hostilités – l’aide humanitaire ne peut être un substitut pour une solution politique à la crise du Yémen », a-t-il dit.

Les Nations Unies et leurs partenaires ont lancé un appel international de $2,1 milliards pour 2017. Le soutien au Plan de réponse humanitaire pour le Yémen assurera une réponse humanitaire basée sur une analyse des besoins approfondie, hiérarchisée, coordonnée et fondée sur des principes humanitaires. Les promesses de contribution faites aujourd’hui augmenteront considérablement le niveau de financement du Plan de réponse.

Soulignant l’importance d’accorder toute l’attention voulue à la question des droits des enfants et de la protection de l’enfance, Margot Wallström, Ministre des affaires étrangère de la Suède, a déclaré: « Une génération entière est en danger et cette génération doit reconstruire le Yémen ». La Ministre a, en outre, souligné la nécessité d’intégrer l’égalité des sexes dans l’ensemble de la réponse humanitaire. « Nous savons que la participation des femmes augmente à la fois l’efficacité et l’efficience de l’assistance humanitaire. Nous savons également que la participation des femmes augmente les chances de réussite des négociations de paix et de solutions durables ».

Les Nations Unies et leurs partenaires sont déjà présents et actifs dans la réponse humanitaire à travers le Yémen en apportant une assistance neutre et impartiale qui comprend une aide vitale en matière de nourriture, d’abri, d’eau, d’assainissement, de services de santé et de protection. L’an dernier, les partenaires humanitaires ont atteint près de 6 millions de personnes sur l’ensemble du Yémen. Cependant l’acheminement de l’aide est souvent entravé par le conflit et les obstacles bureaucratiques, privant les personnes du soutien dont elles ont un besoin critique. Les Nations Unies, la Suède et la Suisse appellent toutes les parties au conflit à faciliter d’urgence l’entrée de biens commerciaux et humanitaires indispensables dans toutes les régions du Yémen et à assurer un accès sans entrave et durable à toutes les personnes dans le besoin.

Ekaterina Pinchevskaya