Le Suisse Pierre Krähenbühl, Commissaire général de l’Agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) a démissionné

7 November

Le Suisse Pierre Krähenbühl, Commissaire général de l’Agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) a démissionné. Cette démission intervient alors que l’Assemblée générale des Nations unies doit renouveler le mandat de l’UNRWA pour trois ans.

Tout commence fin juillet lorsqu’un rapport émanant du Département d’éthique de l’UNRWA est envoyé au secrétaire général de l’ONU. Dans son document de dix pages, le département, composé de quatre personnes, s’en prend aux méthodes de gestion du «cercle rapproché» de M. Krähenbühl, et accuse ces derniers d’avoir contourné les mécanismes de contrôle de l’ONU.

Le rapport, envoyé à New York à la fin de l’année dernière, n’avait jusqu’à présent pas été suivi d’effet. C’est probablement ce qui aura conduit certaines personnes à le faire «fuiter» dans la presse. Selon l’AFP qui s’est procuré une copie du rapport, les graves abus éthiques commis par des hauts dirigeants, -dont le commissaire général de l’Agence, Pierre Krähenbühl- sont décrits comme ‘crédibles et corroborés’. Il est accusé d’agissements à caractère sexuel inappropriés ; (Pierre Krähenbühl aurait noué une relation amoureuse avec sa conseillère principale, nommée en 2015 après un processus de recrutement extrêmement rapide,) de népotisme ; de représailles ; de discriminations et autres abus d’autorité commis à des fins personnelles pour réprimer des divergences d’opinion légitimes.

Le Département d’éthique lui reproche d’avoir créé le poste de conseiller principal et d’avoir suivi une voie rapide afin de recruter Mohammedi qui l’aurait suivi dans la majorité de ses voyages d’affaires, en utilisant des dérogations afin de voyager en classe affaires avec lui. D’après d’anciens membres du personnel du bureau exécutif, Krahenbuhl se serait absenté du siège de l’UNRWA à Jérusalem entre 28 et 29 jours par mois, et réclamé une indemnité journalière. Il aurait effectué 52 voyages à l’étranger en 2018. Il lui est également reproché d’avoir court-circuité l’unité chargée de la récolte de fonds, au prix de fortes tensions au sein du personnel et de départs d’employés courroucés.

Ces révélations ont provoqué une onde de choc à Jérusalem, surtout chez les Palestiniens. L’ONU a nommé un remplaçant par intérim, Christian Saunders, en attendant un nouveau commissaire général. Le secrétaire général a réaffirmé son soutien à l’UNRWA « pour son excellent travail, essentiel pour le bien-être des réfugiés palestiniens. »
Célhia de Lavaréne
Novembre 2019