Hommage _Jean Michel Jakobowicz

22 April

Quoi que vous fassiez, il faut le faire en s’amusant !

Christian David (aidé par Evelina Rioukhina) ONUG.

Une longue silhouette surmontée d’une chevelure bouclée. Jean-Michel, hilare, me reçoit dans son bureau de l’information de l’UNECE. J’ai écrit un "contre article", après avoir lu le sien publié dans le magazine UN Special, dans lequel il se moquait gentiment de mes collègues de la sécurité. Derrière son bureau, il m’observe l’œil pétillant. Sa cravate, ses chaussettes sont multicolores et sa veste de couleur chaude tranchent singulièrement avec le "dress code" adopté par ses homologues. Il me propose, de sa voix douce et posée, d’emblée d’intégrer le comité de rédaction.
Jean-Michel était un peu iconoclaste et impertinent, dans le bon sens du terme. Il travaillait pour une organisation qu’il adorait à tel point qu’il publia en 2006 un "l’ONU pour les nuls" cosigné par son collègue Yves Berthelot.

Son extrême intelligence permit, entre autres, de donner confiance à de nombreux rédacteurs qui s’ignoraient et d’en calmer d’autres qui se pensaient journalistes voire écrivains, mais toujours avec humour et bienveillance. Cet humour, parfois cinglant, transparaissait dans ses éditoriaux. Il savait capter la situation du moment en ayant analysé, de manière très fine et documentée, les travers et la bureaucratie de l’organisation. Combien de sourires approbateurs sont apparus sur les visages des lecteurs au fil des ans. Rédacteur en chef pendant plus de 10 ans , il a su grâce à sa liberté d’expression, donner un essor nouveau à cette publication avec le virage du numérique et servir l’organisation. Il a ainsi pu valider un modèle réussi de partenariat public privé. Chargé de l’Information à l’UNECE, son activité débordante et son talent créatif l’ont poussé à produire, avec ses équipes, des livres de recettes (le riz un tour du monde en 300 recettes et la pomme de terre en 200 recettes) ou des bandes dessinées destinées à apprendre l’ONU aux enfants.
Vous pouvez, certains avec nostalgie, retrouver ses éditoriaux dans le livre "10 ans d’ONU au fil des mois "(*), dédié à Kofi Annan aux titres évocateurs de : l’année de l’amour ou du microcrédit, la forteresse vide, la symphonie pathétique ou le sexe des anges.

Dès le début de sa retraite, Jean-Michel avait entamé avec succès, une carrière d’hypno thérapeute et publié de nombreux ouvrages en la matière. Avec son fils Emmanuel, ils avaient dernièrement coécrit un livre sur l’intelligence artificielle (L’intelligence artificielle, une révolution ?)
A l’heure du politiquement correct à outrance, où il est recommandé de rester dans les clous sous peine de nuire à son profil de carrière, Jean-Michel avait compris mieux que quiconque, que le plaisir d’écrire, appuyé sur la conviction et la bienveillance, n’ont pas de prix.
Toute l’équipe du comité de rédaction, ses collègues, ses amis sont tristes de voir partir une figure qui a marqué de son empreinte notre quotidien.