« Les nouvelles initiatives de l’Ouzbékistan dans le domaine des droits de l’homme » par Akmal Saidov*

27 February

Akmal Saidov, First Deputy Speaker of the Legislative Chamber of the OliyMajlis (Parliament) of Uzbekistan and Vice-President of the Executive Committee of the Inter-Parliamentary Union, is Uzbek public official and jurist, expert in comparative law, international law, human rights, theory of state and law, constitutional law, author of well-known books. He is currently a full member of the Academy of Sciences of Uzbekistan, Director of the National Center for Human Rights, Member of the Sub-Committee on Finance of the Inter-Parliamentary Union, Vice-chairperson of the OIC Independent Permanent Human Rights Commission.

He holds Diplomatic rank of Ambassador Extraordinary and Plenipotentiary with the status of Minister

L’Ouzbékistan est membre à part entière de l’ONU

L’ONU et la République d’Ouzbékistan ont près de 30 ans d’histoire de coopération.

L’Ouzbékistan est devenu membre à part entière de l’ONU le 2 mars 1992.

Les principales priorités d’interaction sont la lutte contre les menaces modernes et les défis de sécurité, la non-prolifération des armes de destruction massive, la solution des problèmes environnementaux, en particulier l’atténuation des conséquences de la crise de la mer d’Aral, le développement socio-économique, la protection des droits de l’homme et des libertés.

Le système des Nations Unies aide l’Ouzbékistan à traiter un large éventail de problèmes de développement dans divers domaines, notamment la santé, l’éducation et la protection sociale, la préservation des valeurs culturelles, la protection des ressources naturelles et de la biodiversité, la lutte contre le trafic de drogue et la propagation du VIH / sida.

L’Ouzbékistan a reçu les visites de trois secrétaires généraux de l’ONU :
En 2002 - K. Annan,
En 2010 et en 2015 - Ban Ki-moon,
En 2017 - Antonio Guterres.

La République d’Ouzbékistan soutient le renforcement de l’ensemble du système des Nations Unies, le renforcement du rôle de ses structures dans la résolution des problèmes de sécurité régionale et internationale et la garantie d’un développement durable.

La participation du Président ouzbek Sh.M.Mirziyoyev à la 75e session jubilaire de l’Assemblée générale des Nations Unies a été un événement important.

Toutes les initiatives proposées par l’Ouzbékistan dans le cadre de l’ONU ont été soutenues par la communauté mondiale et aujourd’hui elles apportent une contribution significative pour assurer la paix universelle, la stabilité et le développement durable, et protéger les droits de l’homme.
Les facettes de la coopération en matière de droits de l’homme

En Ouzbékistan, la protection des droits de l’homme est considérée comme l’une des priorités de la coopération avec l’ONU. Aujourd’hui, un système politique stable et conforme aux critères modernes de démocratie et de droits de l’homme a été créé dans le pays qui répond aux critères modernes de démocratie et de droits de l’homme ; les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire travaillent de manière intense à tous les niveaux. Mais surtout, le respect des principes de l’état de droit et des droits de l’homme est en train d’être instauré dans la société ouzbèke.

En Ouzbékistan, nous apprécions les efforts du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies et du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme pour renforcer la protection des droits de l’homme dans le monde. Car sans garantir les droits de l’homme, il est impossible de résoudre les problèmes de développement socio-économique, politico-juridique et culturel-humanitaire des États.

L’Ouzbékistan a élaboré des indicateurs nationaux pour la mise en œuvre des objectifs de développement durable des Nations Unies. La stratégie d’action sur les cinq axes prioritaires du développement du pays en 2017-2021, adoptée par le Président ouzbek, est une « feuille de route » pour la mise en œuvre des objectifs de développement durable des Nations unies.

L’Ouzbékistan a été le premier des États d’Asie centrale à créer un système d’institutions nationales des droits de l’homme, qui comprend l’ombudsman parlementaire, l’ombudsman des enfants, le buisines ombudsman et le Centre national des droits de l’homme.

En juin 2020, pour la première fois, la Stratégie nationale de l’Ouzbékistan pour les droits de l’homme a été adoptée et est systématiquement mise en œuvre. Il prévoit la mise en œuvre des recommandations du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies et des comités des traités.

Lors de l’adoption de la stratégie nationale, l’opinion non seulement des cercles d’experts, mais aussi du grand public et des organisations internationales a été prise en compte.

L’Ouzbékistan entretient un dialogue actif et constructif avec les organes statutaires et conventionnels, les agences spécialisées des Nations Unies et les procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies.

Le Gouvernement soumet des rapports périodiques sur la mise en œuvre des principaux traités internationaux relatifs aux droits de l’homme en temps opportun, ainsi que sur le suivi de la mise en œuvre des recommandations des organes conventionnels (41 rapports).

En Ouzbékistan, plus de la moitié de la population est composée de jeunes et beaucoup est fait pour que chaque jeune puisse occuper une place digne dans la société et réaliser son potentiel. Le concept « Jeunesse d’Ouzbékistan - 2025 » a été adopté, les parlements des jeunes et l’Agence pour les affaires de la jeunesse fonctionnent.

Le Forum de Samarkand dédié aux droits de la jeunesse s’est tenu sous les auspices des Nations Unies en août 2020.

Le Président ouzbek a souligné les principales priorités du nouvel Ouzbékistan dans le domaine des droits de l’homme, dans son discours lors de la session du 75ème anniversaire de l’Assemblée générale des Nations unies, le segment de haut niveau de la 46ème session du Conseil des droits de l’homme des Nations unies, ainsi que dans son message au Parlement:

• garantir le droit à la santé;

• égalité des genres;

• protection des droits des personnes handicapées;

• protection des droits de la jeunesse;

• éducation aux droits de l’homme;

• renforcer l’indépendance judiciaire;

• lutter contre la torture;

• développement de la coopération régionale dans le domaine des droits de l’homme.

Initiatives en faveur des droits de l’homme en Ouzbékistan
La première initiative. L’Ouzbékistan poursuit une politique fondamentale de renforcement du rôle des femmes dans la vie politique, publique et commerciale du pays. Deux nouvelles lois ont été adoptées sur l’égalité des genres et la protection des femmes contre la violence et le harcèlement.

Il est prévu d’organiser en Ouzbékistan Un Dialogue des femmes dirigeantes des pays d’Asie centrale et un forum régional des femmes d’affaires.

La deuxième initiative. Une grande attention est accordée à la protection des droits des personnes à besoins spéciaux. Une nouvelle loi sur les droits des personnes handicapées est entrée en vigueur cette année. Le Parlement de l’Ouzbékistan envisage de ratifier la Convention relative aux droits des personnes handicapées.

L’Ouzbékistan propose également de créer un Conseil régional pour l’auto-réalisation des personnes handicapées.

La troisième initiative. Aujourd’hui, les jeunes proactifs, intellectuellement et spirituellement développés, deviennent le moteur d’un progrès durable. Il y a environ 2 milliards de jeunes dans le monde. Cette année a été déclarée en Ouzbékistan comme une « Année de la jeunesse et de la santé ». La résolution de la plupart des problèmes auxquels l’humanité est confrontée - tels que les menaces à la paix et à la sécurité, le terrorisme et l’extrémisme, le racisme, le changement climatique et la pandémie de COVID-19 - ne devraient pas se produire sans la participation active des jeunes.

L’initiative d’adopter la Convention internationale des droits de la jeunesse, présentée par le Président de l’Ouzbékistan depuis la haute tribune de l’Assemblée générale des Nations Unies, est soutenue avec un grand intérêt par la communauté mondiale.

Cette année, nous prévoyons de tenir une Conférence mondiale de la jeunesse sur les droits de la jeunesse sous les auspices de l’ONU.

L’objectif du forum international est une fois de plus de donner aux plus jeunes la possibilité de participer directement à l’élaboration et à la mise en œuvre de stratégies nationales, régionales et mondiales visant à répondre à leurs besoins urgents, à protéger leurs droits, leurs libertés et leurs intérêts légitimes.

Le Président de l’Ouzbékistan a également présenté une proposition visant à créer le poste de Rapporteur spécial sur les droits des jeunes.

Une adoption de la loi sur l’ombudsman des enfants verra le jour en cette « Année internationale pour l’élimination du travail des enfants ».

La quatrième initiative. L’Ouzbékistan participe de manière intense au Programme mondial des Nations Unies pour l’éducation dans le domaine des droits de l’homme. Le programme d’action national est mis en œuvre pour mettre en œuvre les dispositions de la Déclaration des Nations Unies sur l’éducation et la formation aux droits de l’homme.

En collaboration avec le Haut-Commissariat aux droits de l’homme, nous prévoyons d’organiser le Forum mondial sur l’éducation aux droits de l’homme.
Afin de développer un système d’éducation aux droits de l’homme, l’Ouzbékistan contribue au Fonds de contributions volontaires des Nations Unies pour les droits de l’homme.

La cinquième initiative. L’Ouzbékistan accorde une attention prioritaire à l’approfondissement des réformes dans le domaine judiciaire et juridique, à la suite desquelles des mesures concrètes ont été prises pour mettre en œuvre les normes internationales dans le domaine de l’indépendance judiciaire et de la protection du droit à un procès équitable.

La mise en œuvre des recommandations du Rapporteur spécial des Nations Unies sur l’indépendance des juges et des avocats a commencé.
Afin d’assurer l’indépendance du pouvoir judiciaire et de résoudre les problèmes de sélection et de nomination du personnel judiciaire, le Président de l’Ouzbékistan a proposé au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies d’envisager l’élaboration de principes internationaux sur le statut et les activités des conseils judiciaires.

La sixième initiative. La lutte contre la torture est une direction prioritaire des réformes judiciaires et juridiques en Ouzbékistan. Les travaux ont commencé pour mettre en place un mécanisme national de prévention de la torture. La fermeture de la colonie pénitentiaire spécialisée située dans le village de Jaslyk est devenue un événement humanitaire important. Grâce aux mesures prises, le nombre de condamnés détenus en prison a diminué de près de 3 fois.
Au cours de la courte période écoulée, nous avons fait des progrès significatifs dans notre engagement avec les procédures spéciales. La visite de 2 rapporteurs spéciaux a été effectuée.

Nous avons l’intention de ratifier le Protocole facultatif à la Convention contre la torture.

L’Ouzbékistan invite le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme et le Rapport spécial des Nations Unies sur la torture à rendre une visite en Ouzbékistan.

En outre, nous avons décidé d’adresser une invitation permanente à tous les titulaires de mandat à visiter notre pays. Bien entendu, un travail conjoint avec eux sera une bonne condition préalable à la mise en œuvre effective des réformes en Ouzbékistan.

La septième initiative. L’Ouzbékistan a également l’intention de continuer à promouvoir la création d’un mécanisme régional des droits de l’homme dans la région asiatique. À cet égard, une plateforme permanente a été créée - Forum sur les droits de l’homme de Samarkand.

Il n’existe pas de modèle de développement universel dans le monde qui convienne également à tous les États de la même période historique. La triste expérience d’un certain nombre de pays montre clairement que les tentatives d’imposer des « normes unifiées » de développement démocratique, sans tenir compte des aspects historiques, sociaux et autres spécifiques, ainsi que des traditions nationales et religieuses, sont contre-productives.

Nous soutenons le rôle de chef de file de l’ONU dans la préservation et la promotion de la paix, de la coopération et de la sécurité internationales, ainsi que dans la promotion du développement durable et la garantie des droits de l’homme.
L’Ouzbékistan est toujours prêt à une coopération large et mutuellement avantageuse avec tous les pays du monde et à un dialogue avec l’ONU, y compris en tant que membre actif du Conseil des droits de l’homme.